3 | 16

Efficacité énergétique à Dättwil

Une étude sur la rénovation complète d’un restaurant du personnel livre des résultats surprenants

Le restaurant du personnel ABB Segelhof à Baden-Dättwil devenait vétuste. Quelle quantité d’énergie et d’eau la rénovation complète de la cuisine permettrait-elle d’économiser? Une étude de l’Université des sciences appliquées de Zurich menée sur deux ans a livré des résultats surprenants.

Croyez-vous à toutes les promesses qui vous sont faites dans les publicités? Probablement pas. Les fabricants de produits ont tendance à enjoliver les choses, qu’il s’agisse de l’effet d’un médicament, de la consommation de carburant ou de l’efficacité d’un appareil technique. Anton Bucher, Project Manager Planning & Construction chez SV Schweiz, n’était donc pas totalement convaincu par la promesse d’économie d’énergie faite par le fabricant Frima au sujet des nouveaux appareils de cuisine. «On nous promettait entre 40 et 70% d’économies d’énergie», indique Anton Bucher. Peu convaincu, il ne s’est pas fait l’écho de ces chiffres.

Changement de décor: le restaurant du personnel ABB Segelhof à Baden-Dättwil. La cuisine du restaurant n’a que peu changé depuis 1960. Il était cependant devenu urgent de rénover le toit, le restaurant était vieillissant et les appareils de cuisine dépassés. ABB a donc décidé de réaliser une rénovation complète. L’objectif était de faire de ce restaurant du personnel un exemple en matière de durabilité une fois rénové. «L’efficacité énergétique est un thème important chez ABB», précise Ralf Jäger d’ABB Immobilien AG. Le restaurant devait devenir une «oasis verte». Pour y parvenir, ABB a opté pour des techniques immotiques modernes et une nouvelle cuisine.

Début d’une étude complexe

Voilà qui nous ramène aux interrogations d’Anton Bucher concernant l’efficacité énergétique. En effet, ABB et SV Schweiz qui travaillent en partenariat vont encore plus loin: ils souhaitent faire de la rénovation de cette cuisine une étude de cas sur les économies d’énergie et d’eau réalisables avec la modernisation d’une cuisine. L’étude a été menée en 2014 par l’Université des sciences appliquées de Zurich sous la direction du Prof. Dr. Andreas Heinzelmann (cf. encadré «Participants»). Afin d’obtenir des résultats probants, l’étude doit être menée à long terme.

«La plus grande difficulté s’est avérée être le nombre important de points de consommation dans la cuisine et, du point de vue énergétique, la complexité du processus impliquant divers facteurs d’influence lors de la préparation des repas», souligne Andreas Heinzelmann, professeur à l’Université. Pour que les résultats soient probants, deux mesures devaient être réalisées, la première au printemps 2014 dans l’ancienne cuisine, la deuxième après la rénovation au printemps 2015 avec les nouveaux appareils de la cuisine modernisée. Pour comparer ce qui est comparable, les mesures devaient être effectuées à la même période de l’année et lors de repas comparables. «Il était très important de planifier les menus à long terme», explique Anton Bucher de SV Schweiz. La première série de tests a eu lieu le 24 avril 2014. Pendant deux mois, les appareils de mesure ont fourni des données, ensuite transférées dans une base de données centrale. Les tests se sont terminés fin juin 2014.

Un résultat surprenant

La rénovation commence alors. Le toit est rénové, le bâtiment est équipé d’un nouveau système de chauffage, d’une meilleure isolation et d’une nouvelle ventilation. Une cuisine flambant neuve est aussi mise en place. Des appareils de cuisson multifonctionnels VarioCooking de Frima, qui se distinguent par des temps de chauffe plus rapides, ont été installés et le plan a été adapté aux exigences actuelles. Le clou de cette rénovation est le nouvel espace Frontcooking qui attire tous les regards. Conçu dans le style des anciennes cuisines italiennes, il permet au personnel d’assister en direct à la préparation des plats. La capacité du restaurant a aussi été augmentée, passant à 440 places assises. «Nous avons tout mis en œuvre pour faire de ce restaurant un endroit agréable», indique Anton Bucher. Pour mettre en avant ce nouveau départ, un nouveau nom a été donné au restaurant: Foodorama. La deuxième série de mesures commence alors en avril 2015 et dure là encore deux mois.

Les participants à ce projet sont ravis du résultat. «Bien que la puissance de raccordement soit plus élevée, nous consommons moins d’énergie», se réjouit Anton Bucher. En effet, les chiffres sont parlants. L’économie d’énergie électrique pour les appareils électriques est de plus de 34% et la consommation d’eau a diminué de plus de moitié pour chaque repas principal (cf. encadré «Les économies en chiffres»). «C’est un résultat surprenant, je ne m’y attendais pas», a déclaré Andreas Heinzelmann. L’étude montre aussi que les appareils ne sont pas les seuls facteurs déterminants: «L’utilisation des appareils est également importante.» Une formation adéquate est donc indispensable.

Ralf Jäger d’ABB Immobilien AG est tout aussi ravi. «Nos attentes sont plus que satisfaites», déclare-t-il. Ce projet est un vrai succès pour les deux partenaires et il est déterminé à appliquer le même concept lors de futures rénovations.

Quant à Anton Bucher, il sait désormais que les économies promises avec les nouveaux appareils ne sont pas des promesses en l’air. Sa conclusion: «Investir dans de nouveaux appareils s’est révélé payant pour ABB Foodorama à Dättwil!» Il reste néanmoins méfiant face aux promesses faites dans les publicités.

pratique-grafik-personalrestaurant-1205x500

Participants

L’étude a été mandatée par SV Schweiz, ABB Immobilien AG et le fabricant d’appareils de cuisine Frima. Elle a été menée par l’Institut für Energiesysteme und Fluid Engineering (IEFE) de l’Université des sciences appliquées de Zurich. Les contrôles ont été réalisés par les scientifiques du groupe spécialisé en électronique de puissance et en systèmes d’accumulation électrique sous la direction du Prof. Dr. Andreas Heinzelmann. ABB a fourni les appareils de mesure et le fabricant d’appareils Frima a participé financièrement.