Interview 2 | 16

«Ni trop, ni trop peu»

Entretien avec Prof. Jörg Hinrichs

De quelle manière a évolué l’industrie des denrées alimentaires ces dernières décennies sur le plan technique?

Je préfère parler de produits alimentaires, qui est un terme plus moderne que denrées alimentaires. Aujourd’hui, nous savons que notre alimentation nous fournit de l’énergie, des vitamines et des minéraux, mais aussi que ces apports alimentaires alimentent notre flore intestinale qui interagit ensuite avec le corps. Elle libère des substances bioactives que nous ne sommes pas capables de produire nous-mêmes et qui peuvent avoir des vertus anti-oxydantes. Les exhausteurs de goût et les composants odorants agissent sur notre cerveau et influencent non seulement notre consommation alimentaire, mais aussi notre humeur. Au cours des dernières décennies, la transformation technique des produits alimentaires a considérablement évolué en raison des exigences d’hygiène de plus en plus strictes. L’automatisation des processus s’appuie sur des systèmes de mesure et de régulation. Les robots utilisés pour l’emballage, qu’il était difficile d’assainir il y a quelques années encore, sont aujourd’hui conçus de manière à satisfaire les exigences de transformation des produits alimentaires. Les câbles et les connexions sont également conformes aux strictes exigences de la fabrication de produits alimentaires dans le cadre de processus aseptiques.

«Notre société est vieillissante et l’effort physique au travail diminue. Il faut donc réfléchir à la façon d’adapter les préparations alimentaires.»

Quelles sont les obligations et les missions de la production alimentaire?

Les produits alimentaires traités et transformés doivent être sains et sûrs, offrir une grande diversité nutritive, mais aussi procurer une expérience agréable. Il est (de plus en plus) important que la production soit transparente. Elle englobe la production et l’utilisation de matières premières naturelles et d’ingrédients, les processus, les produits accessoires, les déchets, les emballages, ainsi que des aspects éthiques et des exigences sociales.

Quels sont les plus grands défis sur le plan technique?

Le défi consiste à fabriquer des produits alimentaires sains et sensoriellement attrayants, qui se conservent longtemps tout en préservant les éléments nutritifs importants. Ils ne doivent être ni trop, ni trop peu traités! Et dans la mesure du possible en évitant des additifs «E-xxxxx» comme les agents conservateurs et en préservant autant que possible les ressources telles que l’eau, l’énergie et les matières premières.

De manière générale, avons-nous besoins de produits alimentaires transformés? Nous consommons une grande quantité de produits alimentaires transformés comme le pain, le fromage, la charcuterie ou les jus de fruits. Moins de 20% des produits alimentaires consommés quotidiennement ne sont pas transformés d’une façon ou d’une autre.

Concernant l’avenir: quels seront les aspects les plus importants pour l’approvisionnement alimentaire de demain?

Notre société est vieillissante et l’effort physique au travail diminue. Il faut donc réfléchir à la façon d’adapter les préparations alimentaires. La demande en produits bio va probablement continuer d’augmenter. La population continue de croître dans d’autres régions. Comment assurer l’accès à la nourriture dans le monde entier? Quelles préparations alimentaires seront nécessaires et comment éviter les altérations? Quelles sont les approches techniques possibles pour éviter de jeter des produits alimentaires encore consommables? Voilà des questions importantes pour l’avenir. À cela s’ajoute le critère de durabilité qui exige de prendre en compte des relations complexes et un horizon plus large.